Rencontre avec l'Agence Aura Énergie Environnement

07/06/2022
Partager le dossier:
Laurent Chanussot

Quelles sont les missions de l'agence Auvergne-Rhône-Alpes Énergie Environnement (AURA-EE) et plus particulièrement sur la rénovation énergétique ?

Sur le plan du logement, AURA-EE contribue au développement du SPPEH, le Service public de la performance énergétique de l’habitat, porté par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’ADEME notamment en apportant une expertise sur les financements (CEE, tiers financement…) et sur les données du parc et leur évolution.

C’est en direction de la cible du tertiaire public qu’AURA-EE est la plus présente avec 3 niveaux d’intervention :

  1. L’animation du Centre de ressource de la rénovation des bâtiments publics pour la DREAL, l’ADEME, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Banque des Territoires. 

    Il s’agit, avec ce centre de ressources, de donner envie et de fournir un premier niveau d’information à toutes les personnes concernées par la rénovation des bâtiments publics, à travers : un site internet dédié, une lettre d’information et de veille mensuelle, des webinaires organisés très régulièrement autour de réalisations exemplaires, de bonnes pratiques, de ressources et d’ outils.
    Il s’agit aussi d’animer le réseau des accompagnateurs qui sont sur le terrain (ALEc, Syndicats d’énergies, CAUE, DDT…) pour leur permettre de partager leurs expériences, leurs pratiques et les faire progresser.
     
  2. Un apport d’expertise technique, financière, juridique aux collectivités qui construisent des stratégies ou des actions innovantes et ambitieuses.
     
  3. Notre capacité à « embarquer » les acteurs dans le montage de projets innovants pour apporter de nouveaux moyens d’action (par exemple le projet BAPAURA).

 

Selon vous, quels sont les principaux enjeux de la performance énergétique des bâtiments sur votre territoire ?

À travers la rénovation énergétique, ce qui est en jeu est déjà la réduction des émissions de gaz à effet de serre mais aussi l’amélioration du confort (notamment en été), la santé (qualité de l’air intérieur) et l’économie locale. Que ce soit pour les logements ou les bâtiments tertiaires, l’enjeu est de faire PLUS en massifiant les rénovations et MIEUX avec des rénovations ambitieuses.

La sécurisation de la performance avec des outils comme le commissionnement ou le CPE est une nécessité pour s’assurer d’un bon résultat tant technique qu’économique ou encore en matière de confort.

 

Quelles sont les contraintes/particularités des collectivités sur votre territoire ?

La région rassemble 4 100 communes dont la très grande majorité sont des petites communes qui n’ont ni les moyens, ni les ressources pour construire et mener des projets ambitieux de rénovation. C’est pour cette raison qu’il faut développer des services d’accompagnement avec des acteurs de proximité comme les ALEc, les syndicats d’énergies, les CAUE, les DDT qui sont à leur coté au quotidien. Les EPCI sont aussi des acteurs "intermédiaires" qu’il faut mobiliser.

  → Pour vos besoins de financements découvrez le module de recherche d'aides financières Transition2050.

Qu'observez-vous sur le terrain ? Où en sont collectivités vis-à-vis du DEET ? Quelles difficultés rencontrent-elles ?

Sur l’intérêt et la nécessité de la rénovation énergétique, les choses évoluent dans le bon sens et la crise énergétique actuelle apporte une motivation complémentaire.

Concernant le décret tertiaire, l’information distille progressivement. Les grosses collectivités ont, pour la plupart, pris les choses en main. Mais pour les petites, il reste encore du chemin. Le plus difficile est d’arriver à mobiliser les assujettis pour faire du Dispositif Éco-Énergie tertiaire non pas une contrainte mais une opportunité de faire plus et mieux, ce qui nécessite du temps et de la pédagogie.

 

Comment accompagnez-vous les collectivités dans l’atteinte des objectifs du Décret Tertiaire ?

Nous n’intervenons que très rarement en direct. Notre rôle est d’aider les accompagnateurs à construire des services d’assistance, pas seulement pour le DEET, mais pour structurer des plans de rénovations à moyen et long terme, avec une vraie ambition énergétique, tout en intégrant des dimensions comme les énergies renouvelables, la QAI, la biodiversité, les matériaux recyclés ou biosourcés ou le confort d’été. Nous avons établi avec l’ADEME un Guide des critères pour permettre aux maîtres d’ouvrages ainsi qu’aux financeurs de qualifier les éléments d’une ‘belle’ rénovation. Nous travaillons plus spécifiquement sur les outils de montage financier et la mobilisation des entreprises locales.

 

Un dernier message que vous souhaiteriez faire passer ?

Les bâtiments ne sont pas une fin en soi, ils sont faits pour leurs usagers. La performance énergétique et la lutte contre le changement climatique ne peuvent être dissociées d’une dimension de confort, de santé et doivent s’intégrer comme une plus-value pour l’économie locale. Enfin, si on veut que les usagers occupent leurs bâtiments de manière responsable (pour l’environnement) et optimale (pour leur confort), il faut penser à l’accompagnement des comportements, qui doivent évoluer.

  → Cliquez ici pour en savoir plus sur la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires publics 

Découvrez les financements disponibles pour votre collectivité

 

Lire également
Newsletter de novembre 2022
25/11/2022
Retour d'expérience de l'ALEC Grand Paris Seine Ouest News réglementaires Replay
Rencontre avec Marie MOISSENET, Directrice Générale de la SPL ALEC AIN
23/11/2022
Face à l’actualité énergétique, transition2050 a décidé de rencontrer certains acteurs des collectivités pour comprendre les enjeux liés à la crise énergétique et au plan de sobriété initié par le gouvernement. À cet effet, nous donnons la parole…
Rencontre avec James Cleaver, Chargé de mission climat-énergie-patrimoine des collectivités au sein de l’ALEC de Grand Paris Seine Ouest (GPSO).
04/11/2022
Dans le cadre du plan de sobriété annoncé par le gouvernement, les collectivités sont invités à réduire de 10% leurs consommations énergétiques d’ici à 2024. Des objectifs ambitieux qui viennent compléter ceux du décret tertiaire (-40% d’ici 2030).…
A la une
On